LN_FRA_LOGO_WS_2016

Depuis sa création Hygiène et Nature œuvre en faveur de la protection de l’environnement et des individus par une politique d’entreprise socialement responsable (RSE).

Afin de pérenniser et porter haut cette démarche, Hygiène et Nature adhère au Pacte Mondial de l’ONU (Global Compact). A l’image du prix Nobel de la paix Desmond Tutu, nous croyons que « ce sont tous ces petits bouts de bien, une fois assemblés, qui transforment le monde. ».

Cette initiative volontaire s’inscrit dans notre démarche RSE et nous engage en tant qu’entreprise, employeur et employés à intégrer le pacte Mondial de l’ONU et ses 10 principes dans notre stratégie, notre culture et nos actions quotidiennes.

Les 10 principes fondamentaux universellement reconnus du Global Compact touchent 4 domaines qui répondent aux Objectifs du Développement Durable définis par les Nations Unies : 

Les Droits de l’Homme

  • promouvoir et respecter la protection du droit international relatif aux droits de l’Homme.
  • veiller à ne pas se rendre complices de violations des droits de l’Homme.

Les Normes internationales du travail

  • respecter la liberté d’association et reconnaître le droit de négociation collective.
  • contribuer à l’élimination de toutes les formes de travail forcé ou obligatoire.
  • contribuer à l’abolition effective du travail des enfants.
  • contribuer à l’élimination de toute discrimination en matière d’emploi et de profession.

L’Environnement

  • appliquer l’approche de précaution face aux problèmes touchant à l’environnement.
  • prendre des initiatives tendant à promouvoir une plus grande responsabilité en matière d’environnement.
  • favoriser la mise au point et la diffusion de technologies respectueuses de l’environnement.

La Lutte contre la corruption

  • agir contre la corruption sous toutes ses formes, y compris l’extorsion de fonds et les pots-de-vin.

LE COLIBRI

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre.

Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! « 

Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »